Clavardez avec nous !


a v r i l    2 0 0 4
Dieu aurait-il manqué son coup ?
Ou est-ce un coup réussi des hommes d'avoir créé le mythe ?


Michel René - Le film La passion du Christ de Mel Gibson soulève bien des controverses. On aime, on n’aime pas, mais ça laisse peu de gens indifférents, même ceux qui ne l’ont pas vu en parlent… imaginez. Moi, je suis allé le voir exprès pour mon article de Pâques et je n’ai pas aimé. J’ai été agacé par certaines incongruités techniques dès le départ et par le traitement à l’américaine, à la Mel Gibson, que j’aime bien pourtant dans ses films de dur sympathique. Là, il l’est devenu un peu moins.

Non pas que je sois un fervent catholique ou un fana de Dieu, je suis plus modéré que cela et plus sceptique aussi, mais le seul mérite que j’accorde au film est de remettre en mémoire cette histoire qu’on dit vraie, qu’on souhaite presque d’être vraie tant elle est belle, grande et porteuse de messages que nul être humain ne peut ignorer : amour, abandon de soi et foi. Mais, si c’est vrai, Dieu aurait-il manqué son coup?

D’après l’histoire, la volonté de Dieu, en donnant son fils à la boucherie, était de réconcilier l’homme avec lui. Le sang du Christ devait être versé pour expier nos péchés, sauver le pauvre et le malade, l’humble et l’innocent. Le fils de Gib (Gibson, le réalisateur) a dû prendre ce message à la lettre, car il a épuisé les réserves de faux sang du Tout-Hollywood dans son film, en toute fierté et avec tous ses millions. Mais passons! Le sang du Christ donc devait sauver une partie de l’humanité si je comprends bien le message. Ou alors, le message était tellement subtil que les grands de ce monde n’ont rien compris, car ils auraient dû comprendre à leur tour qu’il leur aurait fallu être plus humbles afin d’atteindre le royaume de Dieu.

Qui est ce Dieu qui nous envoie son fils, le laisse se faire torturer (car si l’histoire est vraie il a sûrement beaucoup souffert, même avant la vision de Mal Gibson), qui est ce Dieu sanguinaire qui veut soumettre l’humanité à la bonté en utilisant l’une des plus grandes violences de l’histoire? Qui est ce Dieu en pleine contradiction qui vient en remettre sur la discrimination entre hommes et femmes, entre pauvres et riches, entre humbles et élus, entre peuples et peuples?

Et que font les hommes, encore aujourd’hui, si ce n’est de perpétrer la recherche de pouvoir, la cupidité, la violence, le mensonge, l’égoïsme, le manque d’amour quoi? Pourquoi aurait-on eu besoin d’un Dieu pour nous faire comprendre ce que l’on n’a de toute façon pas encore compris, à savoir que seul le véritable amour peut sauver l’humanité? Et si ce Dieu des chrétiens nous était nécessaire, quel est ce mal si grand qui nous empêche de cheminer vers l’ultime vérité, l’ultime félicité?

Je redis ce que je dis souvent, mi-figue, mi-raisin, nous sommes en enfer. Si Dieu existe, nous payons actuellement le tribut pour notre passage dans l’au-delà, exactement comme notre droit d’entrée au cinéma. Mais, me direz-vous, ça ne peut être l’enfer, voyez toutes les beautés, toutes les bontés. Ne pensez-vous pas que si Dieu a été assez cruel pour offrir son soi-disant fils à la pâture des petits humains que nous sommes, il n’est rien pour lui que de jouer le jeu du « je te réchauffe pour mieux te faire geler »?

Ce ne sont que des réflexions. J’ose croire qu’il en va autrement dans le mystère qui nous enveloppe. Je dis simplement qu’à voir l’humanité se gaspiller de la sorte, il m’est difficile d’imaginer que Dieu (le bon) ait réussi son coup et qu’il m’arrive souvent de penser que l’homme a inventé cette magnifique histoire pour se donner une ligne de pensée, une ligne de conduite, pour se fixer des paramètres sur le chemin de la grande moralité et pour combattre le mal sans qui nous serions heureux. Il faut croire que la douche froide est nécessaire pour apprécier le bain chaud! Que faisons-nous pour améliorer l’humanité? À nous d’agir!

JOYEUSES PÂQUES




Veuillez noter que l'opinion exprimée dans ce texte n'engage que l'auteur. La Fondation Giguère n'endosse pas nécessairement ces propos.



Accueil_A propos_Produits_Entrevues_Philosophie_Michel René_Clifford Cogger_Pensées_Prières_Textes_C@rtes virtuelles_Clavardage_Liens_Contact

2001-2012, Fondation Giguère.
Version 3.0.